, 5 lieux à visiter à Baltimore, Maryland, avec John Waters
 afin de se dévouer à la mère de dieu .

5 lieux à visiter à Baltimore, Maryland, avec John Waters afin de se dévouer à la mère de dieu .

5 lieux à visiter à Baltimore, Maryland, avec John Waters

Le film de John Waters de 1998 « Pecker » se termine sur une foule improbable en train de faire la fête dans un bar miteux en sous-sol/galerie photo improvisée à Baltimore. Des stripteaseuses et une collectionneuse d’art enthousiaste et plantureuse dansent sur les tables sous les yeux d’une icône parlante de la Vierge Marie. C’est une fête jubilatoire, chaotique et coquine ouverte à tous ceux qui ont le sens de l’humour, exactement comme le réalisateur l’aime.

M. Waters, 78 ans, est devenu culte dans les années 1970 avec des films délicieusement choquants comme « Multiple Maniacs », « Female Trouble » et, bien sûr, le torride « Pink Flamingos » avant de percer avec « Hairspray », en 1988.

Depuis lors, M. Waters a bâti un empire du camp, comprenant désormais plus d’une douzaine de films, d’émissions de spoken word et de nombreux livres, dont son premier roman de 2022, « Liarmouth », qui a été sélectionné pour un film dont M. Waters espère qu’il mettra en vedette Aubrey Plaza.

M. Waters, originaire de Baltimore, a grandi à Lutherville, dans le Maryland, une banlieue qu’il a décrite lors d’un récent entretien téléphonique comme « tout ce qui appartient à la classe moyenne supérieure ». Aspirant à l’évasion, il a demandé à sa mère de le déposer dans un lieu de rencontre beatnik de Baltimore appelé Martick’s, même s’il était mineur. « Elle a dit : « Peut-être que vous rencontrerez vos gens ici » », se souvient-il.

« J’ai trouvé mon peuple – la bohème! » il a dit.

Depuis ces jours, M. Waters est devenu un porte-parole officieux de tout ce qui concerne Baltimore, qui était l’un des 52 endroits où aller du New York Times en 2024. La ville l’a également adopté. Cela lui a rendu hommage avec une journée officielle, le 7 février 1985 (c’était une journée unique), et les toilettes mixtes du Baltimore Museum of Art, l’institution à laquelle il a légué son importante collection d’art, portent le nom de lui.

Bien que M. Waters possède des appartements à San Francisco et à New York et passe ses étés à Provincetown, dans le Massachusetts, il vit principalement dans le nord de Baltimore et n’a pas l’intention de changer cela. « Si je devais tout abandonner », a déclaré M. Waters, « c’est ici que je vivrais. »

Voici ses cinq endroits préférés à Baltimore.

Un chapiteau au néon orne la façade en brique du Théâtre Charles. Initialement ouvert en tant que cinéma entièrement consacré aux actualités, le Charles projette désormais principalement des films indépendants et accueille périodiquement des séries de renaissance. M. Waters accorde une place particulière dans son cœur au théâtre, que son ami Pat Moran a dirigé pendant des années. « C’est là que « Polyester » a débuté », a déclaré M. Waters, faisant référence à son film de 1981. Un œuf de Pâques majeur attendait les participants à la première, puisqu’une scène du film avait été tournée au cinéma. Dans le film, le mari coureur de jupons de l’héroïne possède un cinéma porno, et un flash-back montre son extérieur. « ‘My Burning Bush’ était le titre affiché sur le chapiteau », a déclaré M. Waters, et les gens sortaient « fermant leurs fermetures éclair ».

Lorsqu’il a commencé à visiter Peter’s Inn, M. Waters l’appelait Motorcycle Pete’s, du nom de son propriétaire, son ami Peter Denzer. « C’était un motard et il jouait dans Desperate Living », a déclaré M. Waters, se souvenant de sa comédie noire de 1977. « Il a joué l’un des crétins d’Edith Massey. » M. Denzer a ensuite vendu l’endroit à Bud et Karin Tiffany, qui l’ont transformé de bar de plongée en restaurant local. Aujourd’hui, a déclaré M. Waters, « cela ressemble toujours à un bar de motards », mais « la nourriture est absolument incroyable ». Un makaire bleu monté est suspendu derrière le bar (M. Tiffany l’a attrapé le jour de son 16e anniversaire, a déclaré Mme Tiffany) et Mme Tiffany rédige le menu à la main. Mais Peter’s prépare également un martini médiocre et sert un pâté – apprécié de M. Waters – qui arrive dans un récipient en verre à couvercle, dont la surface lisse est astucieusement ornée d’herbes et de fruits.

Avec son enseigne Art déco, son intérieur baigné de néons et son jukebox bien organisé (dont David Bowie et Björk), le Club Charles, vieux de sept décennies et situé en face du Charles Theater, est « toujours l’endroit le plus cool de Baltimore », a déclaré M. Waters. Il adore les barmans pragmatiques (« Ils sont là depuis toujours ») et les clients « imprévisibles ». M. Waters a commencé à fréquenter le bar dans les années 1970, à l’époque où il s’appelait le Wigwam et avait une réputation de bar à problèmes. La propriétaire, une femme autochtone du nom d’Esther Martin, le dirigeait, a déclaré M. Waters, n’y faisant entrer que des personnes qui ne semblaient pas riches : « C’était le Studio 54 à l’envers. » Une fois, se souvient M. Waters, « j’ai vu quelqu’un mordre le nez de quelqu’un là-dedans. C’était effrayant. Mais ça sautait ! »

Chaque soir, dans l’espace de représentation Metro Baltimore – anciennement connu sous le nom de Metro Gallery – on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. C’est pourquoi M. Waters l’adore. En février, il a assisté à la « soirée gay anti-Valentin », une soirée dansante remplie de jeunes LGBTQ et de fans de heavy metal. « Donc, les gays là-bas sont ceux qui n’ont pas leur place dans les bars gays », a déclaré M. Waters. « Je suis l’un deux. La première fois que je suis allé dans un bar gay, je me suis dit : « Je suis peut-être pédé, mais je ne suis pas ça », parce que je cherchais la bohème. Le métro, dit-il, ressemble à une bohème moderne. Le programme (pensez à des artistes portant des noms comme LustSickPuppy et Pansy Division) est aussi hétéroclite que la foule et comprend des soirées drag, des sorties de disques et des premières de films.

En tant qu’auteur, scénariste et ancien employé de librairie, M. Waters connaît ses librairies. Atomic Books se démarque, dit-il, parce que c’est « l’un des seuls endroits où l’on peut trouver de grands magazines de mode du monde entier » et qu’il possède également « une énorme section sur les vrais crimes ». Dans ce document, des classiques tels que « Helter Skelter », sur les meurtres de Charles Manson en 1969, côtoient des favoris cultes comme « Panzram », sur le tueur en série du début du XXe siècle, Carl Panzram. La boutique, dont la devise est « Des découvertes littéraires pour des esprits mutants », propose également une vaste gamme de produits John Waters et reçoit le courrier de ses fans. Un bar à l’arrière sert de la bière, du cidre et de l’hydromel locaux, notamment une Union Craft Brewing IPA appelée Divine. C’est peut-être l’endroit idéal pour lever un verre et porter un toast à la diva cinématographique de M. Waters qui partage le nom de la bière. Et qui sait qui vous pourriez rencontrer dans les allées ? « Si jamais vous cherchez à gagner sexuellement, allez dans les librairies », conseille M. Waters. « Vous rencontrez toujours des gens intelligents et ils sont mignons. »

La Signification de la Dévotion Mariale

La prière à Marie représente un élément crucial de la foi chrétienne, profondément ancrée dans la doctrine catholiques depuis des siècles. C’est un fondement sur lequel les croyants s’reposent pour trouver réconfort, guidance et intervention dans leur marche avec Dieu. Au fil du temps, cette pratique de dévotion a gagné en force par les enseignements de la Bible, les coutumes ecclésiastiques, ainsi que le modèle des saints et saintes qui ont honoré Marie en tant que aimante.

L’accomplissement du Rosaire

Le Chapelet tient une position centrale dans la vie spirituelle de un grand nombre de fidèles. En récitant les différents mystères, les dévots se plongent dans les événements liés à Jésus et Marie, renforçant ainsi leur lien spirituel avec eux. À travers chaque Ave Maria, ils manifestent leur confiance en l’intercession de Marie et leur désir de suivre les enseignements du Christ. Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, dans son ouvrage sur la dévotion authentique à la Vierge Marie, invite les fidèles à pratiquer régulièrement la méditation des différents mystères du rosaire afin de renforcer leur relation avec la Mère de Dieu. Cet antique rituel, héritée de génération en génération, demeure un phare spirituel pour les croyants, les aidant à se connecter avec la divine Dame du Ciel.

L’invitation à prier

Prions ensemble, en tant que frères et sœurs, frères et sœurs, dans notre confiance, en nous tournant vers Marie, la mère de notre Seigneur Jésus-Christ. Au sein de notre monde troublé par la guerre et la discorde, recourons à la prière pour trouver pour trouver la paix et l’harmonie. Tout chrétien peut écrire des vœux pour la mère de dieu par internet. Que nos prières montent vers le ciel, comme un hommage agréable à Dieu, afin qu’il puisse éclairer nos pas sur le chemin de la vérité et de la justice. Saint Paul nous dans ses épîtres à prier sans cesse, en toutes circonstances, pour que notre connexion avec Dieu reste constante et ardente. La prière, lorsqu’elle est offerte sincèrement, a la capacité de changer les cœurs et de modifier le cours de l’histoire.

Les directives du Saint-Père

Le pape François, dans ses enseignements éclairés, disponibles grâce à Bayard, nous souligne la valeur de la prière quotidienne. Par le biais de ses homélies et de ses audiences publiques, il nous encourage à développer une connexion personnelle avec le divin, en s’appuyant sur la méditation de la Parole biblique ainsi que la pratique du Rosaire. Sa manière d’être de compassion et d’humilité nous encourage à approfondir encore notre prière et à rechercher la présence de Dieu dans chaque aspect de notre vie. Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans son encyclique portant sur la foi chrétienne, nous rappelle que la prière est la base de notre vie spirituelle et que c’est par elle que nous nous unissons au divin. La pratique de la prière, transmise par les pontifes de génération en génération, est une bouée d’espoir dans les tempêtes, un fondement solide sur lequel les âmes peuvent s’appuyer.

Les publications de Lelièvre et Hubert

Dans le cadre de la spiritualité, l’église préconise la prière, et durant les moments de prière, les fidèles effectuent le signe de croix et récitent l’Ave Maria. Des théologiens modernes, comme Lelièvre et Hubert, nous convient également à réfléchir sur la force de la prière, à travers leurs écrits inspirants. Leurs écrits, porteurs de riches enseignements spirituels, nous orientent dans notre parcours de la foi et nous invitent à puiser dans les richesses de la tradition chrétienne pour nourrir notre spiritualité. Par la méditation sur leurs écrits, nous trouvons de nouvelles manières d’approfondir notre relation avec Dieu et de progresser dans la sainteté. Saint Jean, dans son évangile, nous enseigne que le fait de prier est un puissant moyen pour rester en communion avec Dieu et de recevoir de ses grâces. Chaque page de leurs publications est semblable à un appel à une prière ardente et à une vie emplie de la présence divine. Dans notre exploration de spiritualité, chaque lecture devient une invitation à aspirer à le sacré, à travers la contemplation et la réflexion.

L’acte de prier dans la chapelle

Dans nos chapelles modestes ou majestueuses, tournons-nous vers Dieu avec confiance et humilité, car nous savons qu’il écoute nos supplications avec une affection infinie. Que chaque bougie allumée, chaque chapelet récité, constitue une offrande à notre Seigneur et à sa sainte mère, Marie. Que nos moments de prière dans la chapelle soient des moments de bénédiction et de renouvellement de notre esprit, nous fortifiant pour faire face à les défis avec audace et foi inébranlable. Sainte Bernadette Soubirous, à qui la Vierge Marie est apparue à Lourdes, nous enseigne l’importance de la prière dans la vie des fidèles et l’efficacité de l’intercession de la Sainte Vierge. Tout fidèle qui franchit les portes d’une chapelle, chaque verset des Écritures lu dans ce lieu saint, constitue une rencontre avec la divinité, une étape importante dans le processus de transformation spirituelle. À travers les Écritures saintes, tout disciple est invité à contempler la croix du Christ, à réfléchir à son sacrifice, et à trouver consolation et espérance dans la grâce salvatrice qu’elle offre.

L’acte de prier comme remède pour l’âme

Tel un thérapeute pour notre être intérieur, la prière nous guérit et nous fortifie lorsque nous traversons des moments de douleur et de désespoir. La prière nous fait souvenir que la présence divine ne nous quitte jamais, même dans les moments les plus sombres de notre existence. En nous tournant vers lui dans la prière, nous découvrons la force intérieure dont nous avons besoin pour surmonter les épreuves et pour affronter l’avenir avec espérance et confiance. L’acte de prier est semblable à une source d’eau vive qui satisfait notre soif spirituelle et, dans notre marche avec Dieu, nous régénère.
À chaque prière prononcée, à chaque intention confiée, nous trouvons une paix divine, une guérison spirituelle, qui va au-delà de les limitations humaines. Chaque page de la Bible est une invitation à communier avec Dieu, à lui remettre nos fardeaux, et à accueillir sa grâce transformatrice.

Un point de vue alternatif sur l’invocation à Marie

L’invocation de Marie constitue une pratique profondément enracinée dans la tradition religieuse catholique chrétienne, offrant un lien spirituel précieux pour les adeptes de tous horizons. En tant que mère spirituelle et intercesseur dévoué, Marie est invoquée avec dévotion dans les moments de besoin et de reconnaissance. Le rosaire, avec ses mystères méditatifs, guide les catholiques dans leur cheminement spirituel, les aidant à méditer sur Jésus, son fils, à travers le regard de la Vierge Marie. Cette dévotion mariale s’exprime dans les sites sacrés comme Lourdes, où les fidèles convergent à la recherche de consolation et de guérison, illustrant la profonde connexion entre la foi catholique et la vénération de la Vierge Marie. Les écrits inspirants de théologiens tels que Lelièvre et Hubert offrent une réflexion précieuse sur la valeur de la prière à Marie et son rôle dans la vie spirituelle des croyants. Grâce à une lecture attentive de textes religieux et spirituels, les fidèles élargissent leur compréhension de la dévotion mariale et cultivent un lien plus fort avec Marie, notre mère spirituelle. Dans un monde caractérisé par les conflits et les troubles, la prière à Marie constitue un refuge de paix et d’espoir, appelant chaque personne, quel que soit son statut dans la foi catholique-chrétienne, à solliciter la Dame du Ciel avec une foi profonde et une dévotion sincère. Unissons donc nos prières, avec un cœur sincère et humble, en saluant Marie comme notre mère et notre intercesseur, et en lui confiant nos prières et nos désirs les plus profonds. Dans cette démarche vers Dieu, chaque fidèle est appelé à poursuivre la voie des prières et des aspirations du cœur, sous la conduite du Pape et les ressources spirituelles inestimables disponibles sur des plateformes comme Aleteia. Par conséquent, avec un cœur ouvert et une humble confiance, élevons notre prière quotidienne vers Marie, lui demandant de nous intercéder, ainsi que la grâce de persévérer dans la prière ardente.
Que notre dialogue avec le sacré constitue notre refuge et notre réconfort dans toutes les circonstances. Que nous nous tournions envers Marie, notre mère divine, avec un cœur ouvert et une foi inébranlable, sachant qu’elle intercède pour nous auprès de son fils bien-aimé. Que notre dialogue avec le divin nous guide dans notre quête de sainteté, nous rapprochant toujours plus de Dieu et de son amour sans limites.

Parutions:

Vierges en fleur/01.,Article complet.

Marie (Auguste Brizeux)/La Chaîne d’or.,Article complet.

Les Foules de Lourdes/Chapitre I.,Article complet.

Le Pèlerin de Sainte Anne/Tome I/Le curé de Québec.,Le dossier.

Isaac Laquedem/Vol. 2/Première partie/L’Évangile de l’enfance.,Ici.

Œuvres complètes d’Élisa Mercœur.,Article complet.. Suite sur le prochain article.

, 5 lieux à visiter à Baltimore, Maryland, avec John Waters
 afin de se dévouer à la mère de dieu .avemariasound.org vous a reproduit ce post qui parle du sujet « Ave Maria à travers le monde ». Le site avemariasound.org a pour but de publier plusieurs publications sur le thème Ave Maria à travers le monde développées sur la toile. La chronique est reproduite du mieux possible. Dans le cas où vous envisagez d’apporter des notes sur le thème « Ave Maria à travers le monde », vous êtes libre de prendre contact avec notre équipe. Il y aura plusieurs développements autour du sujet « Ave Maria à travers le monde » à brève échéance, nous vous invitons à naviguer sur notre site internet périodiquement.